Tijd van ontdekkers en hervormers

Johan van Oldenbarnevelt

Les gouffres au sein de la République

Après que les Pays-Bas du Nord se soient séparés de Philippe II, ils se restructurent en tant que république. Le grand pensionnaire Johan van Oldenbarnevelt fait de cette forme de gouvernement un succès, un exploit que peu de pays ont réussi à l'époque

L'avènement de la République
Lorsque les Pays-Bas du Nord cessent de reconnaître le roi Philippe II comme leur souverain, leurs tentatives de trouver un nouveau souverain échouent. En 1588, les États généraux, représentant les territoires rebelles, décident d'adopter eux-mêmes la souveraineté et de former le gouvernement de la République des Sept Pays-Bas Unis. Plusieurs autres républiques existent, telles que Venise et Gênes, mais à une époque où les monarques ont de plus en plus tendance à rechercher le pouvoir absolu, cela reste une constitution inhabituelle.

Le chef des Pays-Bas
Johan van Oldenbarnevelt, né dans la ville néerlandaise d'Amersfoort, se distingue rapidement dans le district de Hollande. Il est le confident de Guillaume d'Orange. En 1586, il est nommé grand pensionnaire (également appelé avocat du pays) des États de Hollande, ce qui en fait leur principal fonctionnaire. Il fait de la République une entité qui fonctionne bien.

La Hollande est riche et, en tant que district qui rapporte le plus d'argent, elle détient également le plus grand nombre de voix au sein de la République. Van Oldenbarnevelt fait en sorte qu'il devienne la figure clé des États généraux. Sa direction permet aux États généraux de prélever efficacement des impôts et de mener une offensive réussie contre l'Espagne. Il recherche des compromis politiques et s'il échoue, il s'attaque à ses adversaires par la corruption, les menaces et la puissance militaire. En outre, il est à l'origine de la création d'une organisation commerciale, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Van Oldenbarnevelt fonctionne comme une sorte de Premier ministre, de ministre des finances et de ministre des affaires étrangères en même temps. Il est très respecté dans son pays et à l'étranger et est considéré comme la force motrice de la République.

Conflit et décapitation
Finalement, Van Oldenbarnevelt est confronté à un rival : le prince Maurice, fils de Guillaume d'Orange, qui est stadtholder. Un stadtholder (au sens littéral : adjoint) est nommé par le monarque pour gouverner en son nom, mais comme une république n'a pas de monarque, cette tâche originale est désormais caduque. Officiellement, le stadtholder n'est qu'un serviteur des États généraux. Cependant, en tant qu'aristocrate de premier plan et commandant suprême des forces armées, Maurice domine de loin tous les autres administrateurs.

Pendant longtemps, la République a prospéré sous leur direction commune. Van Oldenbarnevelt se concentre sur la politique, tandis que Maurice se limite à ses tâches militaires - une collaboration parfaite, semble-t-il. Cependant, après 1600, ils s'affrontent régulièrement. Maurice veut continuer à faire la guerre contre l'Espagne, tandis que Van Oldenbarnevelt signe une trêve, la Trêve de douze ans (1609-1621).

En outre, le Grand Pensionnaire veut empêcher les querelles religieuses au sein de l'église protestante. Il semble prêt à faire appel à des troupes de l'armée pour faire respecter ses intentions. Ainsi, il empiète sur le domaine de l'État. Maurice se sent menacé et supprime l'autorité de Van Oldenbarnevelt. Il finit par le faire arrêter. À son grand étonnement, le Grand Pensionnaire est condamné à mort pour haute trahison. Le 13 mai 1619, Van Oldenbarnevelt est décapité sur un échafaudage devant la salle des chevaliers à La Haye. Ce drame est exacerbé par le fait que sa condamnation est initiée par le fils de son héros, Guillaume d'Orange.

Johan van Oldenbarnevelt a contribué à l'expansion de la République, qui est devenue l'une des principales puissances européennes. Cependant, la lutte pour le pouvoir entre les grands pensionnaires et les titulaires de la maison d'Orange se poursuit encore depuis longtemps.

 

Ce texte a été traduit automatiquement.