Tijd van televisie en computer

Les travailleurs immigrés

Nouveaux résidents néerlandais

Dans les années 1960, l'économie néerlandaise fait des heures supplémentaires et la demande de travailleurs augmente énormément. Des personnes originaires d'Espagne, du Portugal, de Grèce, de l'ex-Yougoslavie, de Turquie et du Maroc sont amenées pour combler les lacunes. On les appelle "travailleurs invités" car leur présence est temporaire.

Croissance économique
L'exode des ressortissants néerlandais dans les années 1950 est le plus important de l'histoire des Pays-Bas. Quelque 350 000 personnes émigrent avec l'aide du gouvernement vers des pays comme le Canada, la Nouvelle-Zélande et l'Australie. Au début des années 1960, une croissance économique rapide s'installe et, tout à coup, les Pays-Bas ont besoin de tous les travailleurs qu'ils peuvent obtenir. La demande est particulièrement forte dans les industries manufacturières. C'est pourquoi des entreprises telles que l'aciérie de Hoogovens et Philips commencent à se tourner vers l'étranger. Les employeurs veulent des travailleurs temporaires, d'où le nom de "travailleurs invités".

La plupart des premiers travailleurs qui arrivent aux Pays-Bas viennent d'Italie, d'Espagne, de Grèce et de Yougoslavie. La plupart d'entre eux sont des hommes. Un accord de recrutement avec la Turquie en 1964 incite les travailleurs turcs à prendre les devants et, cinq ans plus tard, les travailleurs marocains leur emboîtent le pas. Dans certains cas, le gouvernement néerlandais envoie un "comité d'inspection" pour recueillir les travailleurs au Maroc. La majorité des migrants vivent et travaillent dans les centres industriels, tels que le port de Rotterdam et la région textile dans l'est du pays. Beaucoup d'entre eux effectuent des travaux lourds, travaillent de longues heures et vivent dans des conditions frugales.

Du temporaire au permanent
Dans les premières années, les nouvelles forces de travail sont accueillies à bras ouverts. Au bout d'un certain temps, cependant, certaines populations locales font savoir que leur présence n'est pas appréciée. Le gouvernement ne les encourage pas à s'installer : l'idée est que les travailleurs ne seront là que pour une période limitée. Dans la pratique, les choses se passent différemment. Les employeurs continuent à prolonger les contrats jusqu'à ce que le recrutement de travailleurs migrants soit officiellement terminé dans les années 70, lorsque l'industrie manufacturière commence à décliner. Dans les années 80, l'impact de la contraction de l'économie mondiale se fait particulièrement sentir parmi ces groupes. De nombreux travailleurs restent aux Pays-Bas, surtout lorsque la loi sur le regroupement familial (1974) leur offre la possibilité de faire venir leur famille.

À partir des années 80, le gouvernement néerlandais a mis en place une politique d'intégration qui se poursuit encore aujourd'hui. Les nouveaux arrivants doivent-ils s'adapter et se fondre dans la culture majoritaire, ou l'intégration peut-elle se faire tout en conservant sa propre identité ? Ou bien l'intégration est-elle une combinaison de ces deux points de vue ?

La société multiculturelle
Avec l'arrivée de ce grand groupe de travailleurs, les Pays-Bas sont redevenus un pays d'immigration. Outre l'afflux de travailleurs immigrés, les Pays-Bas accordent l'asile aux réfugiés politiques, comme le font de nombreux autres pays européens. En outre, des migrants originaires du Surinam et des Antilles s'installent également aux Pays-Bas. Au sein de l'Union européenne, les Pays-Bas éliminent leurs frontières, ce qui entraîne l'immigration de travailleurs d'Europe de l'Est.

Les différents flux migratoires donnent lieu à un débat politique animé sur les relations entre la société, la culture et la religion. Ce débat est exacerbé par les attaques terroristes du 11 septembre 2001 en Amérique du Nord. La position de l'islam dans la société néerlandaise est une question clé. Une question récurrente à cet égard est de savoir ce qu'implique exactement la "citoyenneté néerlandaise" et dans quelle mesure les Pays-Bas sont réceptifs aux nouveaux arrivants.

Outre le débat de société, les enfants de migrants sont sujets à un processus d'individualisation accéléré. On trouve de tels enfants dans tous les milieux. Pourtant, les mauvaises conditions socio-économiques empêchent de nombreux migrants de réussir leur ascension sociale, tandis que beaucoup d'entre eux sont confrontés à la discrimination en termes de participation au marché du travail.

Les enfants de travailleurs immigrés étudient les conséquences de la migration de leurs parents sur leur vie. En 2018, Murat Isik remporte le prix littéraire Libris avec son roman Wees onzichtbaar [Soyez invisible], dans lequel il raconte l'histoire de la migration de sa famille turque dans le sud-est d'Amsterdam. Un tel récit donne à cette génération un sentiment d'appartenance et favorise les liens.

 

Ce texte a été traduit automatiquement.