Tijd van wereldoorlogen

Anton de Kom

Lutte contre le racisme et le colonialisme

Anton de Kom est un écrivain, militant et héros de la résistance anticoloniale du Surinam. En 1934, il publie son livre intitulé Wij slaven van Suriname [Nous, esclaves du Suriname], une accusation de racisme, d'exploitation et d'oppression coloniale. Il est toujours largement lu, car il permet au grand public de se faire une idée des structures du pouvoir colonial.

Surinam
Anton de Kom est né à Paramaribo, la capitale du Surinam, alors colonie néerlandaise. Son père est né esclave sur la plantation de Molhoop, juste avant l'abolition de l'esclavage en 1863. Anton obtient un diplôme de comptable au Surinam, mais la politique raciste l'empêche de décrocher un bon emploi. Il part aux Pays-Bas pour y tenter sa chance.

Les Pays-Bas
En 1921, De Kom arrive aux Pays-Bas. À La Haye, il trouve un emploi chez un marchand de café et de thé. C'est là qu'il rencontre Petronella Borsboom. Ils se marient en 1926. Un tel mariage mixte est considéré comme inhabituel dans le pays à prédominance blanche de l'époque. Anton et Nel ont quatre enfants.

En plus de son travail, Anton devient écrivain et poète. Insatisfait du manque de connaissances aux Pays-Bas sur l'histoire du Surinam et son passé d'esclavage, il commence à donner des conférences sur le sujet. Inspiré par la lutte contre le racisme aux États-Unis et les idéaux d'égalité des organisations communistes aux Pays-Bas, il publie des essais politiques critiques. Il se lie d'amitié avec les communistes et se sent une affinité avec les étudiants indonésiens qui cherchent à obtenir l'indépendance des Indes orientales néerlandaises.

À la fin de 1932, il part avec sa famille pour le Surinam afin de rendre visite à sa mère mourante. De retour au Surinam, il poursuit ses activités politiques. Ses conférences sont interdites par les autorités. Anton crée un cabinet de conseil. De nombreux Surinamiens de diverses origines ethniques viennent lui demander conseil et il est bientôt surnommé "Papa De Kom". Par crainte des troubles politiques que ses activités pourraient provoquer, il est emprisonné par les autorités. Le 7 février 1933, une foule immense se rassemble devant la prison pour manifester son soutien à De Kom. Les soldats ouvrent le feu, tuant deux personnes et blessant 22 manifestants. Afin d'empêcher une nouvelle insurrection, De Kom est exilé du Surinam et forcé de retourner aux Pays-Bas.

Nous, esclaves du Surinam
Aux Pays-Bas, il ne parvient pas à trouver un autre emploi. Il continue cependant à écrire. En 1934, il publie son ouvrage We Slaves of Surinam, le premier livre d'histoire sur le Suriname écrit par un auteur surinamien. Le dernier chapitre de son livre traite de son exil. L'œuvre de De Kom s'inscrit dans une période où l'on trouve davantage d'œuvres internationales anticoloniales et antiracistes, comme The Black Jacobins de C.L.R. James. On y lit les célèbres dernières phrases de We Slaves of Surinam :

"Sranang ma patrie.
J'espère vous revoir une fois.
Le jour où toute la misère sera effacée de toi."

La Seconde Guerre mondiale
Cependant, De Kom ne reverra pas le Surinam. Pendant l'occupation allemande des Pays-Bas, il rejoint la résistance. Le 7 août 1944, il est arrêté par les forces d'occupation, en raison des articles qu'il écrit pour De Vonk, une revue communiste illégale de La Haye. Par le biais de plusieurs camps, il finit par se retrouver dans les camps de concentration de Neuengamme, où il meurt le 24 avril 1945. Son corps, enterré dans une fosse commune, n'est identifié qu'en 1960.

Dans les années 1960, des étudiants universitaires redécouvrent son livre. Après l'indépendance du Surinam en 1975, De Kom est de plus en plus salué comme un héros. Ses livres et son héritage mental sont toujours une source d'inspiration, tant aux Pays-Bas qu'au Surinam.

 

Ce texte a été traduit automatiquement.